The Civic Crowdfunding City

Un peu partout dans le monde occidental, on constate un boom du phénomène du crowdfunding. Néanmoins, la plupart des histoires de succès se focalisent sur l’aspect financier du crowdfunding; son impact social est trop souvent négligé. En particulier dans les zones urbaines densément peuplées et défavorisées, le crowdfunding contribue non seulement à la création d’un levier financier mais il sert aussi à “produire des biens communs ayant une valeur au sein d’une communauté” (Rodrigo 2015 – http://wiki.p2pfoundation.net/Civic_Crowdfunding).

Ce genre de ‘crowdfunding urbain civique’ renforce, connecte et active les réseaux formels et informels dans le but de lancer et de financer des projets citoyens (à petit budget) en très peu de temps, pouvant toutefois générer un impact à long terme. Si le crowdfunding urbain civique est appliqué à large échelle et pendant plusieurs années, il peut provoquer un impact positif sur la force des réseaux sociaux (informels). Il est en mesure de rendre plus résilients les quartiers et les villes, de faire naître un sentiment d’appartenance et de propriété, de stimuler les capacités d’organisation autonome des citoyens, d’améliorer leur qualité de vie,…

Lors du Growfunding/Bazaar, nous nous concentrerons sur l’impact du crowdfunding civique sur les villes. A part Growfunding/Bxl, il n’existe qu’un petit nombre de plateformes de crowdfunding civique qui mettent spécifiquement l’accent sur le développement social de la vie urbaine : La Ruche (Québec), Patronicity (Detroit), Spacehive (Londres), Co-city (Paris), Voor Je buurt (e.a. Amsterdam) et, par le matchfunding, Goteo (e.a. Barcelone), Ginger (Bologna).

De même que pour Growfunding, leur objectif est la création d’une ville dynamique et résiliente. Il s’agit de plateformes de crowdfunding urbain civique qui donnent naissance à une vie urbaine très particulière, celle qu’on nomme ‘la cité du crowdfunding civique’ ou encore, the civic crowdfunding city. Ce genre de ville ne se laisse pas restreindre par d’éventuelles frontières institutionnelles. On peut la considérer comme “a transterritorial city, a space built by the linkage of many different spaces in one network of quasi simultaneous interaction” (Castells 2002).

Toutes les plateformes participantes utilisent le crowdfunding des citoyens pour générer un impact social à un niveau local. Toutes sont actives dans plusieurs villes ayant diverses dynamiques socio-spatiales, des histoires différentes, des structures démographiques divergentes, d’autres défis d’ordre socio-économique, d’autres politiques etc. Toutefois, le réseau social naissant du crowdfunding civique ne semble pas diverger tellement à ces endroits pourtant si différents. Les quartiers à haute concentration de projets de crowdfunding civique possèdent certaines propriétés communes. C’est précisément ce caractère commun qui sera le thème central du Growfunding/Bazaar.

Lors de la conférence du vendredi 19, ces questions de recherche seront primordialement abordées :

  • Quel est le genre de vie urbaine issue du crowdfunding civique à long
    terme ? Comment une telle ville se caractérise-t-elle ? Et : quelles sont les préconditions pour faire naître ce genre de cité ?
  • En quelle mesure une telle ville peut-elle être démocratique ? Quel rôle peut-on attribuer aux administrations locales et aux communautés d’affaires locales ? 
  • Comment accompagner et former les chefs des différents projets en vue de maximaliser l’impact social de ces projets ?

Growfunding/Bazaar sera le coup d’envoi de la conceptualisation de la ‘cité du crowdfunding civique’. Avec l’aide d’experts faisant partie des autres plateformes de crowdfunding urbain civique, d’académiciens, de décideurs et de la communauté citoyenne, nous développerons un cadre théorique autour de ce nouveau concept et nous lancerons un agenda de recherche.